10/12/2016

Chute des prix de l'or...une aubaine?

Le prix de l'or a augmenté de 600 % en 10 ans. L'or est un formidable investissement en temps de crise et d'inflation. L'or reste la valeur refuge préféré des particuliers et les banques centrales en accumule dans leurs réserves. Toutefois, si le prix de l’or a commencé a descendre en 2011, il est toujours d'actualité comme investissement.

Évolution des prix de l'or entre 1995 et 2016

evolution prix de l'or.GIF

Entre 2001 et 2011. le prix du kilo d'or est  passé de 10.000 euros le kilo a plus de 40 000 euros en 2011. Si nous parlons en dollar et once, le cours en once de l'or était passé de 400 dollar l'once jusqu’à 1900 dollar l'once.Depuis 2011 nous assistons a une stabilisation du prix de l'or. Ce qui amène a un climat plus serein pour investir.


L'or, une valeur refuge.

Si investir dans l'or ne rapporte pas forcément une rentabilité lors de sa vente, elle offre cependant une protection contre la perte de pouvoir d'achat sur le long terme. A continuation, quelques conseil basiques si vous envisagez d’investir dans l'or.


Règles générales pour conserver son or

Au lieux d¡acheter un seul lingot de 1 kilogramme d'or, privilégier plutôt les monnaies. Il faut éviter que les pièces se touchent et qu'elles bougent. La meilleure solution consiste à les mettre par rangées dans une feuille de journal que l'on repliera au fur et à mesure des rangées pour finir en collant les deux extrémités avec du papier adhésif. Vous obtenez alors une sorte de " saucisson " de pièces, toutes séparées les unes des autres par une épaisseur de papier.

Bien évidemment, ne pas nettoyer, ne pas frotter, ne pas laver : ne rien faire, surtout sans avoir demandé conseil à un professionnel. Si vous avez un problème de conservation, passez nous voir avec vos monnaies, nous vous conseillerons en fonction des dégâts constatés.

Première question que vous devez vous poser : " Pour combien de temps vais-je garder cet or ? ".

Si il faut que les pièces restent disponibles :

La meilleure solution est le coffre de banque si vous ne craignez pas de contrôles des Services existants ou futurs.

Les banques déclarent les coffres aux autorités et le fait que vous ayez un coffre apparaîtra dans votre dossier fiscal. N'oubliez pas que des pièces qui vous ont été données par l'oncle à héritage, si elles ne sont pas déclarées et les taxes à l'héritage réglées - que l'oncle soit encore vivant ou déjà mort - font de vous un fraudeur. N'oubliez pas que des pièces d'or dont vous ne pouvez pas justifier l'origine et/ou les fonds utilisés pour les acquérir font de vous un fraudeur.

Bien évidemment, les pièces d'or sont comptées dans l'ISF et si vous oubliez de les déclarer, vous êtes fraudeur. Si vous les déclarez, votre dossier fiscal gardera trace de l'information et ne l'oubliera jamais... avec le risque de voir les lois concernant la détention d'or changer dans notre joli pays où le principe de non-rétroactivité des lois est, en matière fiscale, régulièrement piétiné sans que personne ne s'en émeuve. (Le principe de la non-rétroactivité des lois impose que vous ne pouvez pas être condamné selon une loi plus dure que celle qui existait au moment où vous avez commis un délit. Sa traduction logique en matière fiscale serait que vous ne puissiez pas être imposé plus durement que selon les taxes qui existaient au moment de votre achat, étant entendu que vous soyez à même d'en fournir une date certaine.)

Souvenons-nous : lorsque le Front Populaire prend le pouvoir en 1936, c'est du socialisme réel, version coupeurs de têtes du Congrès de Valence de 1981. La gabegie financière va mettre l'économie dans une telle situation que va être organisée une " chasse aux riches " pour récupérer à toutes forces des fonds pour tenter de boucher les gouffres budgétaires. Dans ce cadre, le gouvernement de Front Populaire va envoyer les douaniers faire des perquisitions domiciliaires pour saisir l'or éventuellement détenu. Inutile de vous préciser que si l'ISF avait existé à l'époque et des déclarations de possessions faites, cette spoliation aurait été une partie de plaisir pour les Services qui auraient su qui, combien, où, quoi...

  • Évitez les coffres de banque : si par malheur vous veniez à décéder, des scellés seraient immédiatement mis et c'est devant un commissaire priseur et le notaire, officiers ministériels assermentés, que serait ouvert votre coffre. Bien entendu, vos héritiers seraient taxés sur le montant de l'or contenu dans le coffre évalué au cours du moment de votre décès, ce qui est normal et légal, mais vos papiers personnels pourraient être vus, ce qui est toujours gênant. Autant ce risque est négligeable sur une durée faible, autant les années passant...
  • Évitez les cachettes classiques à domicile (dans la plomberie et dans la chaudière, je ne parle même pas de la pile de drap ou du congélateur), premiers endroits vérifiés par des voleurs un peu sérieux.
  • Si vous enterrez, toujours à plus de 80 centimètres de profondeur (à cause des détecteurs de métaux), toujours dans des boites ou feuilles de plomb (le fer rouille !!) toujours à un endroit bien repéré par le croisement de deux droites (jamais de repère visible à l'endroit précis), jamais en plantant un arbre au dessus comme repère (les arbres, ça pousse, trente ans après les chênes encombrent !).

Si votre maison présente la moindre particularité architecturale, utilisez-là (faux plafond, tuyauterie obsolète, cave murée..). N'hésitez jamais à maçonner votre cachette : plus cela sera long à récupérer pour vous, plus cela sera long pour un autre qui, par définition, ne disposera pas comme vous de tout son temps.

12/12/2014

Une bonne surprise à Wall Street pour Noël ?

Depuis le début de l'année, les actions américaines font pâle figure. Plusieurs stratèges croient à un rebond en fin d'année. Même si la hausse des bénéfices devrait ralentir en 2015.


bouse.jpgY AURA-T-IL un «Christmas rally» (une hausse pour Noël) sur le marché américain ? Ceux qui ont investi sur le premier marché boursier du monde aimeraient y croire. Car, durant l'année 2014, les Européens ont gagné davantage grâce au dollar qu'en vertu de la progression du marché lui-même. Depuis le début de l'année, l'indice Standard & Poor's 500 n'a en effet progressé que de 3%.


Dans leurs allocations d'actifs, la plupart des établissements financiers ne se sont donc pas trompés. La quasi-totalité sous-pondérait la Bourse américaine dans les portefeuilles (alors qu'ils surpondérèrent les actions européennes). Un choix qui peut paraître paradoxal aux néophytes puisqu'il revient à miser sur une zone économique de moindre croissance. Mais les professionnels justifiaient pratiquement tous ce choix par les écarts de valorisation entre les Bourses. Depuis de longs mois, quand ils faisaient leur marché mondial, les responsables des allocations d'actifs estimaient que les actions américaines étaient trop chères par rapport aux titres européens.


Les actions américaines ne sont plus surévaluées


Est-ce toujours vrai ? Mécaniquement, l'écart de valorisation s'est forcément réduit entre une Bourse qui a gagné 19% depuis le début de l'année (le CAC 40) et une autre qui, elle, a peu progressé. Les PER (multiples de capitalisation) se sont donc rapprochés. «Le PE de l'indice européen Stoxx 600 est environ 16% moins élevé que celui du S&P 500. Mais cette décote se réduit à 9% si on prend en compte le biais sectoriel des deux indices.

Aussi les investisseurs commencent-ils à regarder d'un oeil neuf le marché américain. Après avoir été très pessimistes, ils se posent maintenant des questions. Et certains imaginent que l'on pourrait terminer l'année par le haut. Dans une optique de court terme, de quelques mois, il peut y avoir un rebond à jouer sur les titres américains. L'indice Standard & Poor's peut atteindre 1 280 points dans les mois qui viennent, Si l'indice atteignait ce niveau, ce serait un plus haut depuis trois ans.


Déceptions possibles sur les bénéfices des entreprises


Il y aura des déceptions sur les bénéfices 2014.  Je ne table que sur 6 à 8% L'augmentation des taux d'intérêt comprime les marges des entreprises, es quatre à six prochains mois seront critiques pour le marché américain et 2015 sera une année difficile. L'indice Standard & Poor's devrait rester stable l'an prochain. Les PE devraient se contracter dans les années qui viennent». je mise aujourd'hui sur les matières premières, les actifs «tangibles» (or, gaz, charbon, uranium, eau...) qui sont plus rémunérateurs que les actifs financiers.

Publié dans Bourse | Lien permanent |  Facebook | | |

22/11/2014

La Fed pointe du doigt le risque inflationniste américain

yellen fed inflation.jpg


Les marchés obligataires ont une nouvelle fois connu une semaine très agitée et dominée, comme toujours, par l'actualité américaine. Après avoir profité du «profit warning» émis la semaine dernière par le géant américain General Motors, les marchés obligataires ont cette fois fortement réagi au communiqué de presse de la Réserve fédérale américaine (Fed) délivré mardi soir.

Si ce dernier s'est soldé sans surprise par une nouvelle hausse de 25 points de base (0,25%) du taux directeur américain à 2,75%, soit le septième mouvement consécutif de cette ampleur depuis juin 2014, c'est la tonalité du commentaire de cette décision qui a surpris. La Fed a en effet très clairement souligné que les pressions inflationnistes se sont accentuées. Si les craintes inflationnistes étaient déjà latentes, le caractère explicite des propos de la Fed, auxquels sont justement venues s'ajouter les publications d'inflation américaine supérieures aux attentes (+ 0,3% sur l'inflation sous-jacente), l'a entériné comme un risque désormais objectif.


Dans la foulée, le prix des emprunts d'Etat a fortement baissé et les rendements obligataires ont sensiblement augmenté sur les courbes américaines et européennes : le rendement du T-Note 10 ans gagnait 12 pb à 4,64% (son niveau le plus haut depuis neuf mois), le Bund 10 ans 6 pb à 3,75%, alors que sur la partie courte le T-Note 2 ans gagnait 15 pb à 3,83% et le Schatz 2 ans 6 pb à 2,62%. Le prix de l'or a gagné 12 dollars l'once.

Les sources inflationnistes aux États-Unis sont bien connues.

La hausse des prix des matières premières, et en premier lieu du pétrole, y contribue évidemment largement. D'après les estimations de la Fed, une hausse de 10 dollars le baril engendrerait un surplus d'inflation de l'ordre de 0,5% (sur un an). La dynamique haussière des prix est toutefois plus profonde (hors énergie, l'inflation ressort à 2,4% sur un an) et possède une composante cyclique. A mesure que le marché de l'emploi s'améliore, les gains de productivité, toujours élevés, ralentissent progressivement et poussent les coûts salariaux à la hausse. Enfin, le dernier élément de taille est la faiblesse du dollar, qui renchérit le prix des importations américaines. Toujours d'après la Fed, une dépréciation de 10% du dollar face aux principales monnaies serait synonyme d'un surplus d'inflation de l'ordre de 0,4% (sur un an). Cette combinaison de facteurs pèse in fine sur les marges des entreprises américaines et les incite de plus en plus, comme l'a rappelé la Fed, à répercuter ces hausses de coûts de production vers les consommateurs. Au final, ces tensions suggèrent que la Fed pourrait opter pour un resserrement de sa politique monétaire plus important, même si elle a de nouveau précisé qu'elle comptait poursuivre un resserrement «mesuré».


Les anticipations de hausse de taux sont désormais à leur plus haut puisque le marché anticipe désormais un taux Fed Funds à 4,25% d'ici à la fin de l'année.


En zone euro, le schéma est différent. Certes, l'économie européenne pâtit également de la hausse du prix du pétrole, mais l'appréciation de l'euro face au dollar (monnaie de facturation du pétrole) vient compenser en partie cet effet. L'autre différence de taille provient de la composante cyclique nettement moins prononcée qu'aux Etats-Unis. Le chômage poursuit sa progression et les perspectives de croissance restent dégradées, comme l'atteste le recul de l'indice du climat des affaires allemand (IFO) enregistré en mars. Dans ce contexte propice à un statu quo monétaire prolongé de la Banque centrale européenne (BCE), le taux 10 ans allemand s'est de nouveau inscrit en baisse après la réaction aux propos de la Fed, pour revenir à 3,70%, et l'euro s'est sensiblement déprécié face au dollar pour terminer la semaine sous le seuil de 1,30, à 1,296

Publié dans Bourse | Lien permanent |  Facebook | | |