09/09/2015

Acheter malin sur la toile: le code promo

slide-reduc-code.gif

Un des principaux objectifs fixés par les consommateurs lorsqu’il s’agit de faire les magasins et notamment acheter sur la toile est de réaliser des économies.

 

Le code promo, les ristournes sur internet

 

Le code promo est un des moyens permettant d’y parvenir facilement. En récupérer, certes nécessite quelques minutes, puisqu’il est indispensable de rejoindre des sites spécialisés dans sa diffusion mais les privilèges générés sont multiples. Le Code promotion a pour vocation de fournir des frais d’expédition, cadeaux gratuits, remises significatives et d’autres aubaines comme un 2è article offert pour l’achat d’un lors d’un shopping en ligne. Le consommateur a non seulement l’occasion de décider après avoir profité d’une promotion, de finaliser ses emplettes mais également de rajouter des articles à son panier. Globalement, plus le montant total du panier augmente plus le rabais devient plus important. Le choix des espaces web dédiés au partage de bons de réduction est fondamental étant donné qu’il est le vecteur de l’offre à faire valoir sur un achat.

 

 

La sélection porte sur les domaines d’activité des magasins e-commerce, la validité des offres, l’accessibilité des codes promo, la convivialité du site. Il est plus simple d’utiliser un site mis à jour régulièrement, équipé d’un moteur de recherche, de rubriques qui mettent en valeur les derniers coupons parus ou ajoutés, disposant d’une newsletter permettant à l’utilisateur de se tenir informé des offres récentes. Avec une notoriété grandissante, le code réduction prend de l’ampleur dans le quotidien des ménages, internautes français. En se basant sur le fait que son acquisition est gratuite, son application est simpliste, son action est rémunérateur, il n’y a aucune raison de s’en priver. Les sites spécialisés cherchent à améliorer la diffusion en proposant des offres exclusives dérivées d’un partenariat avec les sites marchands, en partageant les toutes dernières promos, cette action permet aux utilisateurs de dépenser moins et le met en confiance quant aux prochaines commandes.

Publié dans Bons plan | Lien permanent |  Facebook | | |

10/07/2015

Japon, la leçon des fleurs

Cerisiers de Kyoto, rhododendrons autour de Kôyasan et même bouquets de néons à Tokyo... invitent à regarder vers le ciel. photo: wikipedia.fr

800px-Kongobuji_Temple%2C_Koyasan%2C_Japan_-_Banryutei_rock_garden.JPG


Changement de planète. Au Japon, l'inédit pointe au bout des pistes d'atterrissage. Idéogrammes, courbettes répétées, échange de cartes... Débarquer à Tokyo exige de remballer ses repères, d'arriver oeil neuf, esprit grand ouvert. Et d'apprécier une société capable de mettre ses urgences entre parenthèse devant un minuscule bourgeon ou une jolie fleurette. La preuve en trois estampes.


La première est exposée à Shirakava, l'un des vieux quartiers de Kyoto. La petite rivière qui le traverse est longée d'une ruelle piétonne soulignée par une interminable rangée de cerisiers pleureurs, des prunus. Ils ne donnent jamais le moindre fruit mais avec le printemps se coiffent de milliers de fleurs. La capitale impériale, «ville de la paix et de la tranquillité», hérite d'une divine promenade. Plaisir des yeux, doublé de la philosophie du pétale.


Pour partager, il faut évoquer le bouddhisme nippon, la cour impériale, rayonnante jusqu'au XVe siècle, et les samouraïs qui encadraient son armée. Ces guerriers dévoués jusqu'au sacrifice cultivaient également la délicatesse, érigeant le combat en art, faisant du thé un rituel sacré, trouvant l'essence du ciel dans la fleur du cerisier, perle de subtil blanc et rose, gloire éphémère (une quinzaine), mourant d'un tapis soyeux avant qu'un prochain printemps... Des milliers de promeneurs suivent ce chemin initiatique bordé de nobles convictions. Certes, les modernes samouraïs préfèrent au kimono la jupette Kenzo et au sabre le téléphone portable capable en un clic d'expédier l'image de la beauté.


Pourtant, nombre de passantes portent le costume traditionnel. Il s'agit des geishas (ici, des geikos) et autres maïkos (moins de 20 ans), expertes des arts traditionnels, toujours réunies en trio : une musicienne, une danseuse et une chanteuse. Compter un peu plus de 1 000 la soirée, désillusion admise pour ceux que le mot geisha émoustillait déjà. Emotion incluse pour tout féru de ces manières qui traversent le temps, chignon tenu à la baguette et semelles de bois comprises.


220px-Kukai2.jpgLa deuxième estampe prend de l'altitude. A deux heures en train de Kyoto, s'élève le mont Kôya (à peine 1 000 mètres d'altitude), vénéré depuis que Kukaï, le bouddha nippon fondateur de l'école Shingon, y trouva ses lumières. C'était il y a douze siècles. Désormais, un monastère où il est possible de prendre ses quartiers de réflexion (chambres à la zen simplicité), une forêt chargée de mystères et un incroyable cimetière (plus de 200 000 sépultures) qui hésite entre jungle épaisse et délire d'outre-monde en font l'attrait.


Le pèlerin qui débarque à Kôyasan vient prier, méditer, comprendre la sagesse que livrent ici le rhododendron et le kôya-maki (cryptomeria) ou cèdre du Japon. Il est recommandé de repartir avec une jeune pousse de l'un ou de l'autre. Verte miniature qui agrémentera un balcon, un bureau, un salon, humble vérité qui renvoie le quotidien à son état de nécessité.


Une aube suivante, ne pas manquer l'office (6 heures) annoncé d'un sérieux coup de gong. Lecture monocorde des mantras, fumées d'encens jouant avec la flamme des bougies, cymbales frappées par un servant appliqué... Après le petit-déjeuner (végétarien), viendra l'heure de partir explorer des alentours. Le chemin glisse parmi les fameux rhododendrons que l'été fleurit d'abondance ou bien à l'abri des cèdres, rassemblés en forêts miniatures. Prière de guetter l'inspiration. L'ensemble monastique de Kôyasan est dominé par huit sommets qui pointent en arc de cercle. Les moines parlent des huit pétales de la fleur de lotus.


Une heure d'avion plus à l'est, voici Tokyo. La capitale du Japon (9 millions d'habitants), jardin de verre et de béton, tient aussi ses bouquets. Pétales de néons multicolores fleurissant aux murs de Ginza, le quartier marchand. Une bonne dizaine de magasins géants et les grands noms de la mode, de l'informatique ou de l'automobile, entre deux. Un déluge de lumières s'y abat : cascades scintillantes, écrans vidéo jamais à court d'images, farandoles d'idéogrammes, objets démesure, slogans flashés sans répit... Ginza, c'est Times Square et Picadilly Circus réunis. De partout jaillissent mille feux célébrant une star de la chanson, une marque de soda, une limousine, une émission de télévision, une griffe de jeans... Qu'importe puisque seule compte la féerie de ces paillettes qui volent à la nuit sa magie d'étoiles. Tourbillon qui dit aussi les beautés de façade et la vanité des illusions.

Pour donner le change, tous les magasins vantent leur rayon bonsaïs et fleurs en pot, exquis jardins intérieurs aux recoins fleuris des couleurs de la saison. Côté rue, dès avril, la voirie municipale accroche aux réverbères une branche de cerisier. Évidemment, aucun citoyen ne songe à s'approprier ce trésor. L'offense irait droit au ciel. On est loin du frisson que s'octroient nos gamins lorsqu'ils chapardent une poignée de cerises à l'arbre du voisin. Au Japon, une fleur se fait lumière à la caresse du vent. En France, c'est la cerise dont les amoureux chantent le temps. Changement de planète.

02/06/2015

Histoires d'eaux.

black opium.jpg

- Spécial paréo.
" Le flacon a la couleur des lagons turquoise de Polynésie ", dit Daniel Tribouillard, fier de la dernière création de Léonard Parfums, l'Eau Fabuleuse, qui fleure bon le lotus et le thé vert. " Je la vois bien sur une jeune femme en paréo ", conclut-il. Le flacon Oscar Tropical d'Oscar de la Renta invite également à l'évasion avec son dégradé bleu des mers du Sud et sa fragrance fruit de la Passion.

- Romantique.
Lancaster, la marque des produits solaires, a imaginé deux fragrances. Summer Moods Day est une eau florale pétillante pour la journée. Au coucher du soleil, on préfère Summer Moods Night au parfum d'héliotrope.

- Passionnée.
La belle Naomi Campbell a jeté son dévolu sur la fleur de la Passion dans l'eau de toilette Exult. " C'est une fleur qu'il fallait explorer car elle évoque la gaieté, l'amour, la joie de vivre. " À noter : la pulpeuse carambole au goût acidulé ajoute sa part de gourmandise sensuelle… EnvoÛtantes : les eaux d'orient Riches, opulentes, elles ont pour elles une fraîcheur sexy. Un paradoxe qui les rend très séduisantes.

- Obsédant.
Chef de file des orientaux modernes, Obsession de Calvin Klein vise la fraîcheur. L'esprit sensuel, un peu provoc des bois et du musc est temporisé par des fleurs fraîches. Lancé aux États-Unis il y a trois mois, Sheer Obsession fait un tabac !

- " Eaux fortes ".
" L'idée de faire du frais avec des notes opulentes, cette alliance des contraires n'a rien d'incompatible ", explique Christine Nagel, parfumeur. Ainsi l'Eau Torride de Givenchy qu'elle a créée, sous ses airs glacés d'agrumes-bambou infusés dans du thé, révèle le sillage sensuel du jasmin sambac. Pour Histoire d'Eau de Mauboussin, Christine a voulu " une eau d'épices ", fraîche, puissante. Dans le même esprit : Trussardi Skin, un concentré de bois, de mousse, " dopé " par la camomille amère. Et aussi, l'Eau de Fraîcheur Sensations de Jil Sander.

- Orient extrême.
Opium d'Yves Saint Laurent révèle sa version estivale : Opium Eau d'Été. Dedans moins de fleurs, de fruits mais un nouvel " accord solaire " (vanille, myrrhe) qui exhale le parfum de la peau. Serge Lutens a, lui, repensé Ambre Sultan comme une Cologne légère, très confort. Délectables : les eaux de fruits La part belle est faite aux agrumes à la fraîcheur acidulée. Classique, direz-vous ? Goûtez-les : vous y découvrirez un soupçon d'amertume très tendance…

- Citron à l'honneur.
Pour l'été 2002, Marie Dumont (L'Artisan Parfumeur) voulait une fragrance fraîche, une note citron qui ne tombe pas dans la mièvrerie. Le résultat ? Une eau inspirée par l'arbre plus que le fruit avec un côté bois-zeste - d'où son nom Zeste d'Été - très original. Complètement citronnée également, eau de toilette Citron de Fragonard ; plus citron vert, Citron Citron de Miller Harris (Le Bon Marché).

- Mi-fruits - mi-fleurs.
Il est des associations magiques. La preuve ? Quel Amour des parfums Goutal. Si au départ l'idée de la fragrance repose sur la pivoine, ce sont des fruits rouges (groseille, grenade, cerise) qui lui donnent cette pêche. Mariage inattendu avec l'Eau Fraîche Muguet-Melon de Corinne Cobson. " Deux notes que j'aime, l'une éphémère, l'autre plus durable " (Club des Créateurs de Beauté).

- Orange pressée.
Le fruit comme la couleur est à la mode. Deux maisons le mettent en bouteille. Azzaro avec Orange Tonic, à l'orange amère de Floride et au trio d'huiles essentielles. Hermès ajoute jus d'agrumes et infusion apaisante à son Eau d'Orange Verte.

- Orange bigarade.
Cette variété d'orange amère, spécialement distillée pour Cologne Bigarade (Éditions de Parfums, Frédéric Malle), vit une nouvelle aventure avec Bigarade Concentrée. Une eau âpre, fine, typée. Subtiles : les eaux de fleurs Divinement odorantes, leurs fragrances restituent des senteurs nature familières. Fleurs des champs ou fleurs opulentes, la nouvelle cueillette.

- Vertes prairies.
" Le souvenir des prairies italiennes a inspiré ma nouvelle fragrance, explique Popy Moreni. Mais attention : pas des prairies trop parfaites, non, des étendues sauvages d'herbes folles d'où s'échappent les taches colorées des fleurs des champs. " On respire cette ambiance dans Popy au jus vert-tige dans un flacon vert, lui aussi. Ultime détail, le décor floral de l'étui, variable selon la taille du flacon (du plus petit au plus grand : étui marguerite, coquelicot ou bleuet).

- Du lilas au réséda
. La nature recréée est généreuse. Yves Rocher a fait pousser dans sa ligne Plaisir Nature : Pur Désir de Rose, de Lys ou de Lilas, trois senteurs de grand frais. Parmi les fleurs toutes simples : Le Chèvrefeuille des parfums Annick Goutal, au sillage suave et miellé ; White Reseda de Roger & Gallet ; Magnolia de L'Occitane.

- L'esprit de la jonquille.
Depuis plus d'un siècle, Daum " parle de fleurs " à travers ses fameux objets en pâte de verre. " Il était temps que nous nous intéressions à leur esprit, c'est-à-dire à leur fragrance ", explique Henry de Quatrebarbes, le p-dg. L'idée de départ ? La collection Jonquille déclinée en coupes, bijoux, vases. Le fusant, la gaieté de cette fleur correspondent à l'air du temps ; ses couleurs, vert et jaune, inspirent le flacon.

- La rose, toujours !
Inséparable des grands bouquets floraux, c'est sa facette " humide ", chargée de rosée matinale, qui intéresse les parfumeurs. À vérifier dans Escada Sentiment, Bazar de Christian Lacroix, Tendre Kiss de Lalique et Eau de Printemps Paris d'Yves Saint Laurent où la rose domine, aérienne comme une brume. Solaires : les eaux de plage Dès leurs premiers effluves de sable chaud, ces fragrances nous transportent en vacances ! Avec elles, l'été semble éternel...

- Le cœur grenadine.
La nouvelle eau de Paco Rabanne, Ultra Violet Aquatic Plastic, ceinturée du plastique orange fluo de sa collection Beach Wear, déborde de fruits rouges dont la grenade. Elle se savoure au bar de la plage en fin d'après-midi…

- Nouvelle vague.
Les fragrances à connotation marine ont de nouveau le vent en poupe. " Le côté embruns iodés est moins insistant que du temps d'Escape de Calvin Klein ou de New West d'Aramis. Il est traité de manière plus légère, transparente, d'où leur modernité ", explique Michel Almairac, auteur d'Aquawoman de Rochas. Ici, la fragrance suggère des impressions olfactives, celles de la criste-marine, de la fleur de corail, du bois flotté. Dans cette nouvelle vague : l'Eau de Mer de Lise Watier, à base d'eau de mer de Floride.

- Sur la Riviera.
Une carte postale des années 50 donne le ton : décor azuréen, jeune femme en maillot savourant le soleil... Il s'agit de la mère d'Agnès et de Françoise Costa, les têtes inspirées des parfums Fragonard. " C'est tout l'esprit de Riviera Riviera, dédié au mimosa sur fond boisé marin de pins parasols ", résume Agnès.

- Plage chic. Inspiré par la plage des Hamptons, un des lieux favoris de l'Américaine Bobbi Brown, Bobbi Brown Beach évoque " l'odeur de la peau bronzée, le parfum de la crème solaire de notre enfance ". Un joli souvenir !

Publié dans Beauté | Lien permanent |  Facebook | | |